Partagez | 
 

 « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|

Aller en bas 
AuteurMessage
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 17 Juil - 15:27


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    C’est ainsi que s’achève une bonne journée de travail …


Ce jour-là, le majordome aux cheveux argentés s’était retrouvé particulièrement heureux de la tournure qu’avaient prise les événements. En effet, à sa plus grande joie, les joueurs de la borne l’avaient, ce jour précis, fait combattre aux côtés de sa maîtresse, Dame Kamui, et il n’aurait pu en être plus heureux. Il avait tellement attendu ce moment de gloire, qu’il avait eu du mal à se rendre compte de sa chance. Mais au moins, il avait pu montrer à Kaze comment un digne protecteur de la princesse se devait d’agir.

    Et pour couronner le tout …


Par-dessus le marché, la fille aux yeux joliment rubis l’avait complimenté, lui disant qu’il s’était bien amélioré au combat. Elle avait même tenu à lui préparer une tasse de thé, disant vouloir le remercier pour tous les services rendus au cours de ces longues années, même s’il avait seulement accepté à la condition qu’il la guide sur que faire – avec elle en cuisine, le pire était à craindre, et au final, il l’avait quasiment préparé seul, pendant qu’elle avait le dos tourné, à parler avec ses deux "petites sœurs".

Ce fut alors seulement qu’il se rappela que ce soir, elle avait une sortie de prévue, avec elles. Durant les heures d’ouvertures de la borne, les trois n’avaient pas beaucoup de temps pour se voir, or le duo aimait beaucoup Kamui. C’était pour cela qu’elles profitaient de quelques soirs, par-ci, par-là pour lui proposer des promenades. Jakob devait bien s’avouer être étonné de l’énergie de la princesse dragonne, qui courait partout du matin au soir, mais il ne lui disait jamais rien sur cela. Il ne lui disait jamais rien d’ailleurs qui sorte trop d’une relation majordome/maîtresse, même si elle aurait plus aimé le considérer comme un grand ami qu’autre chose, et qu’il le savait pertinemment.

    « Dis-moi, Jakob, qu’avais-tu de prévu ce soir ?
    - Rien de bien particulier, Dame Kamui. Puis-je vous être utile en quoi que ce soit ?
    - Je me demandais juste … Voudrais-tu patrouiller un peu hors du camp ce soir ? Cela te permettrait de sortir un peu, et comme les environs sont calmes ces temps-ci, de te reposer également.
    - Ce serait avec un immense honneur. J’y vais de ce pas, alors. »


La jeune fille le remercia, un doux sourire sur le visage, qui le rendit de nouveau fier d’être à son service, puis le majordome s’inclina, et rebroussa chemin. Il vérifia que ses éternelles armes étaient toujours cachées dans ses bottes, puis se dirigea vers la sortie du camp … Et dû retenir le sourire qui menaçait de s’étaler sur ses lèvres. Car même si elle ne lui avait pas dit, il savait bien que cette tâche aurait pu être confiée à Kaze à la place. En tant que ninja, il pouvait se déplacer très discrètement … Cela ne pouvait signifier qu’une chose : il avait réussi à lui prouver qu’il avait plus de mérites que l’autre jeune homme.

Pensif, Jakob s’écarta dans le bois, zigzaguant au milieu des arbres, qui l’empêchaient de cheminer en ligne droite. Alors qu’elle lui avait dit que ce serait un moment de détente à profiter, il ne pouvait s’empêcher de se montrer inquiet à l’idée qu’un ennemi se tapisse dans les bois, et marcha donc de sorte à faire le minimums de bruits possible. Et alors qu’au début tout était calme, le majordome finit par entendre quelque chose … Mais quoi ?

Les sens en alerte, le garçon attendit quelques instants, pour entendre de nouveau des bruits de pas, et comprendre qu’un intrus se trouvait là. En une seconde, il s’imagina alors tous les scénarios possibles et imaginables. Et si l’inconnu désirait s’en prendre à sa maîtresse … ? Il ne pouvait laisser cela passer. Ce fut pour cette raison que le jeune homme aux yeux d’améthyste surgit soudain des fourrés, pour se placer juste devant l’étranger, une main sur sa botte, prêt à sortir ses armes.


    « Qui êtes-vous, et qu’êtes-vous venu faire ici ? Si vous en voulez à la vie de Dame Kamui, je vous conseille de faire demi-tour, sur le champ ! »


En attendant la réponse de l’intrus, qu’il ne parvenait guère à voir distinctement dans la pénombre des arbres, Jakob se concentra, pour voir s’il était seul ou accompagné, mais ne parvint à déceler aucune autre présence, ce qui l’apaisa un tant soit peu. Au moins, même si c’était une attaque, sans doute pourrait-il la repousser seul … Mais l’étranger était-il vraiment un ennemi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 17 Juil - 16:41

Quand on a pas de vrai métier, c'est souvent qu'on a des moments libres à combler. Ce jour ci fait partie de jours vides, et en regardant mon emploi du temps, je m'étais rendu compte que cela faisait déjà quatre jours que je n'avais pas rendu visite à Chara. Je m'apprête donc à l'appeler pour lui dire que son grand frère va passer ce soir, mais c'est alors que j'ai un... "Ami" qui m'appelle pour me dire qu'il veut que je le rejoigne pour une soirée. Mon dieu ce que je n'en ai pas envie, et c'est ce que je lui dis explicitement. Il se vexe, très bien, qu'il en soit ainsi, qu'il râle. Ce n'est pas parce que môssieur a préparé sa soirée pendant une semaine qu'il doit me casser les pattes et faire du chantage pour que je vienne. Et puis mince, il aurait pu prévenir avant.

Je raccroche calmement, bien que son attitude me tape sur les nerfs. Mais je sais comment il est, très égocentrique, persuadé qu'on lui doit tout. Tiens, j'ai plus envie de rien, et j'ai pas envie de me pointer chez Chara avec un tête de mec fatigué. La meilleure chose à faire, c'est de sortir loin pour se défouler. On ira un autre jour.

Comme à mon habitude lorsque je prévois de sortir, je me prend un sac dans lequel je met un bon goûter, et mon casque pour les périodes de marches ennuyeuses. Il doit bien y avoir un endroit où personne ne traîne jamais, et où je pourrais écouter ma musique à fond sans qu'aucun crétin ne vienne me dire que je dois à tout prix venir danser dans sa fête remplie d'idiots dégénérés qui carburent à la bière.

... Oui, bon je dois avouer que je suis un peu plus tendu que ce que je pensais au départ. Ce doit être à cause de mes difficultés à avoir des nuits de plus de quatre heures consécutives. Enfin, bon, dormir sur la mousse d'un forêt, bercé par une musique familière et agréable (pas ce qu'il y a aux fêtes, ni même chez mes parents), c'est sûrement ce qu'il me faut. Je ne sais pas, j'ai surtout envie de griffer un arbre en fait, mais c'est débile et mauvais pour leur santé.

Je passe ma playlist sur une partie un peu plus "hard", afin d'être cohérent avec mon humeur. Les passants me dévisagent tandis que j'agite ma tête dans tous les sens, faisant valser mes oreilles de manière chaotique. Je le sais, et plus que tout, j'en ris. Il est même possible que j'en rajoute un peu, tellement leurs airs ahuris, simplets et fermés est drôle. Oui, drôle, et pas si énervante au final.

Ça fait un moment que je marche en m'agitant comme quelqu'un qui ne respecte personne autour de lui. J'ai même touché plusieurs personnes avec mes oreilles, ne prenant EVIDEMMENT pas la peine de m'excuser. Je regarde vite fait autour de moi, me rendant compte que je n'ai pas fait attention à où j'allais. Qu'importe, tous les chemins mènent à Rome, si je continue tout droit j'aurais bien ce que je veux. Alors, je me calme, je ferme les yeux et marche tout droit, les rouvrant uniquement pour vérifier qu'il n'y a pas d'obstacle. Ça marche plutôt bien puisque très vite je sens la mousse tant recherchée sous mes chaussures. Je m'arrête, j'inspire un bon coup, et je bondit en criant

"YAY!"

Puis je retire mes chaussures, que je range dans mon sac, pour marcher un peu plus, afin de trouver un coin sympathique. Au bout de deux minutes de marche, je me fais brusquement interpeller par quelqu'un. Ma réaction est de reculer le haut de mon corps, mettant mes mains en avant. Je regarde cet individu, probablement fou, droit dans les yeux, qui me parle de nuire à la vie de dame Kamui. Quand je vois qu'on est en statu quo, je retire délicatement mon casque, parce que c'est la moindre des choses quand quelqu'un vous adresse POLIMENT la parole. Et puis, au fond de moi, je ressens un peu d'agacement. Est-ce que j'ai envie d'être agréable avec un inconnu qui a l'air aussi effarouché qu'un chat sauvage? Quand j'ai eu une journée comme ça? Non, ce type est venu  m'agresser verbalement, alors on va jouer le jeu. Je me repositionne de manière plus détendue, et non plus comme quelqu'un qui vient de se faire surprendre par un fou venu d'ailleurs, et je dis:

"Vous ne devriez pas être aussi excité, jeune homme"

Je réfléchis. Il protège une dame, dame Kamui. Hmmm, ça m'a tout l'air d'être de la noblesse. Haaa, maman tu vas me détester.

"Je ne crois pas que Madame Kamui apprécierait que vous traitiez un prince étranger qui vient la rendre visite pour des affaires de la plus haute importance"

Je prend un air hautin assez crédible, regardant mon interlocuteur de haut.

"Je vois que dame Kamui informe bien ses sous-fifres, j'ai fait un long voyage et je m'attendais à arriver, peut-être pas dans une grande fête, mais au moins être accueilli dignement. Mon dieu, je crois que je ferais mieux d'aller discuter de ce projet avec quelqu'un qui sait traiter convenablement ses inviter. Vous direz à Dame Kamui de ma part que je trouve honteux d'être accueilli dans une forêt lugubre par un de ses serviteurs qui n'a pas la décence de s'agenouiller à sa venue, et qui à la place s'apprêter à se servir de son arme. Adieu!"

Je tourne les talons, laissant celui qui me menace regretter amèrement ses décisions. Mon dieu ce que je peux être idiot, mais mon dieu ce que je trouve ça drôle d'être immature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 17 Juil - 19:09


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    Depuis que nous sommes arrivés ici, aucune journée ne s’est passée sans encombres …


A force de concentration, et malgré le fait que le sang continuait toujours à lui monter au visage, tant il était concentré à ne pas relâcher son attention, de peur que son interlocuteur ne tente soudain de l’attaquer, Jakob parvint finalement à le dévisager, un tant soit peu. L’inconnu était une créature de taille à peu près humaine, bien qu’il semblait avoir de la fourrure, et des cornes, comme … Non, il ne connaissait guère assez les animaux pour en juger. Avoir passé toute son enfance enfermé n’aidait pas beaucoup, pour ces choses-là … Lorsque soudain, il prit la parole.

    Vous ne devriez pas être aussi excité, jeune homme.


Ce furent là les premiers mots que lui adressa l’étranger. Il avait pris un air et un ton aussi détendus que possible, qui auraient suffi, ou presque, à mettre quelqu’un d’autre que lui en confiance … Mais Jakob ne parvenait tout simplement guère à se défaire de ses doutes, et resta tendu. Ce fut alors qu’il remarqua ce que portait l’étranger autour de son cou : quelque chose dont il ne connaissait rien, mais néanmoins, il avait vu des enfants venir, ces sortes de coussins sur les oreilles, en balançant leur tête, à l’arcade. Il savait pour sûr que c’était loin d’être une arme, que des assassins ne se baladeraient guère avec cela, car sa maîtresse le lui avait dit, mais soit. Il campa sur ses positions, butés.

    Je ne crois pas que Madame Kamui apprécierait que vous traitiez un prince étranger qui vient la rendre visite pour des affaires de la plus haute importance.


Un prince ? Ce mot résonna dans la tête du majordome quelques instants, avant qu’il n’en comprenne enfin le sens. Il se figea alors, comprenant que si l’inconnu en était véritablement un, il s’était comporté avec lui de manière exécrable au possible, faillant à toutes les règles de courtoisie que lui avait inculquées son mentor Gunter, lorsque celui-ci lui avait appris à être digne de son rang. Néanmoins, l’air hautain, presque condescendant de l’étranger eut le don de le hérisser. Après tout, comment aurait-il pu savoir qu’il s’adressait à un homme de ce rang ? Il n’avait aucun artifice des nobles de son jeu !

    Je vois que dame Kamui informe bien ses sous-fifres, j'ai fait un long voyage et je m'attendais à arriver, peut-être pas dans une grande fête, mais au moins être accueilli dignement. Mon dieu, je crois que je ferais mieux d'aller discuter de ce projet avec quelqu'un qui sait traiter convenablement ses inviter. Vous direz à Dame Kamui de ma part que je trouve honteux d'être accueilli dans une forêt lugubre par un de ses serviteurs qui n'a pas la décence de s'agenouiller à sa venue, et qui à la place s'apprêter à se servir de son arme. Adieu !


Jakob resta muet un instant, tentant d’assimiler tout ce que lui disait le prince. Mais pour ainsi dire, si tout ceci était vrai –ce dont il n’était pas parfaitement convaincu, mais comment savoir si cela l’était, autrement qu’en demandant à Kamui ?-, non, elle n’avait mis personne au courant. Du moins, pour ce qu’il en savait. Mais ce pouvait être possible, étant donné qu’elle avait passé ses soirées en compagnie du ninja aux cheveux verts qu’était Kaze. Le majordome se figea, lorsqu’il réalisa soudain que peut-être, la raison pour laquelle elle l’avait choisi lui pour patrouiller, était car ce garçon devait accueillir l’inconnu. Après tout, il était bien plus poli que son "rival". Mais alors, cela voudrait-il dire que l’autre tentait toujours d’avoir le titre de meilleur servant ? Il ne le permettrait pas. Ce fut probablement pour cette raison que le majordome mit un genou en terre devant l’étranger, lui parlant avant qu’il n’ait le temps d’aller bien loin.


    « Je vous en prie, Messire, ne partez pas. Veuillez excuser mon impudence, mais j’étais de garde … Et je ne savais guère que nous avions de la visite de prévue. Il était normal que je réagisse ainsi. »


Jakob, qui se disait qu’en effet, Dame Kamui n’aurait pas été très heureuse qu’il fasse fuir ses invités –surtout qu’elle n’en avait que peu souvent-, désirait de tout cœur régler cette méprise. Bien sûr, tout ceci était juste dans le but de se montrer digne majordome de la princesse, et ce n’était certainement pas pour satisfaire les volontés du prince étranger, mais ce dernier n’était pas censé le savoir, dans tous les cas. Et puis, une nouvelle victoire contre Kaze lui ferait toujours plaisir …

    « Je dois néanmoins vous dire que ma maîtresse est en ce moment partie se baigner en compagnie de ses petites sœurs, Dame Sakura et Dame Elise. Mais si vous le désirez, je peux vous emmener au camp. Elles ne devraient pas tarder à y rentrer, je pense. »


Tout le temps qu’il parla, il resta dans la même position, sans se douter un instant qu’il avait été dupé sur la visite prévue. Alors … Qu’allait lui répondre l’étranger ? Et allait-il seulement pardonner son impertinence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 17 Juil - 19:59

"Asriel, Asriel, tu n'as pas fini de faire l'idiot?" Entends-je dans ma tête. Oui, j'ai une conscience, et je sais que ce que je fais est mal, mais bon dieu que c'est drôle. Je fais cependant tout mon possible pour ne laisser échapper aucun sourire. Le serviteur, dont je ne connais pas encore le rang, le rôle, ni même le nom, semble totalement gêné de son attitude, ce qui était l'effet escompté, mais ce qui m'a fait ressentir un peu de remords. Lorsqu'il me demande de ne pas partir immédiatement, je m'arrête et me retourne. Il offre ses plus plates excuses au prince ingrat que je suis, et je réfléchis. Je pourrais faire continuer cette farce, mais en la tournant autrement, de manière à ce qu'elle soit durable, mais surtout pas trop cruelle. Car là, le seul effet hilarant est devoir un serviteur probablement innocent, qui travaille dur certainement, se faire humilier par un adolescent orgueilleux. Lorsqu'il m'invite à rejoindre le campement, je le regarde droit dans les yeux et lui sourit, d'une manière douce et apaisante au possible.

"Navré, l'humour de mon pays n'est certainement pas aussi bien perçu chez vous. Je ne vous en veux nullement, cher serviteur, il est normal que vous ne soyez pas informé de ma venue car à vrai dire... Personne ici n'est au courant, si tout se passe bien."

Je me déplace autour de lui, afin de m'asseoir sur un tronc mousseux. Je dois avouer que mon agacement est dissipé, et je suis assez content de ce rôle que j'ai, dans cette pièce de théâtre dont la moitié des comédiens n'est pas informée. Par contre il faudrait que je réfléchisse à comment terminer cette mauvaise blague, moi, parce que si je me retrouve en face de "Kamui" avec mon air d'ado... Haaa, ça pourrait le faire je pense. Ho ho, j'aurais des histoires à raconter à Chara moi.

"Vous ne me connaissez sûrement pas, je suis le prince Asriel Dreemurr, et je préférerais que vous me tutoyez. Et je vais faire ça aussi. Donc, reprenons, moi ce sera Asriel, c'est plus court et plus joli, et toi, comment t'appelles-tu? Oh, et tu peux arrêter de t'agenouiller et t'installer confortablement, j'ai bien envie de discuter avant d'aller à la rencontre de l'honorable Dame Kamui."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Lun 18 Juil - 20:10


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    Pourvu que Dame Kamui me pardonne cette offense …


Ce fut ce que songea Jakob, tandis qu’il attendait toujours une réponse en provenance de l’inconnu. Il espérait, pour ainsi dire, de tout cœur, que sa maîtresse ne lui garde pas rancune de son comportement, si jamais elle l’apprenait. Car s’il devait lui déplaire de n’importe quelle manière que ce soit … Le majordome ne se le pardonnerait jamais. Il vivait pour la servir, alors si un jour, elle ne voulait plus de lui en ce but … Que lui resterait-il seulement, comme but, dans la vie … ?

    Navré, l'humour de mon pays n'est certainement pas aussi bien perçu chez vous. Je ne vous en veux nullement, cher serviteur, il est normal que vous ne soyez pas informé de ma venue car à vrai dire... Personne ici n'est au courant, si tout se passe bien.


Surpris par la réponse de l’étranger –qu’il avait un peu oublié au vu de ses pensées-, le garçon aux cheveux d’argent prit un instant pour reconnecter son esprit au monde réel. Sa première réaction fut d’être surpris par l’air doux, et apaisant du garçon, tout autant que troublé par la même chose. Personne, personne n’agissait ainsi avec lui, en dehors de la fille, bien évidemment … Il en resta muet, préférant se pencher sur les autres paroles du prince, qui le regardait toujours droit dans les yeux. La dernière phrase lui resta particulièrement à l’esprit. En effet, si personne n’était au courant … Cela voudrait dire que Kaze non plus, et donc, qu’elle l’avait bien envoyé en patrouille pour lui … Non pas car elle voulait que ce soit le ninja qui puisse la servir au mieux, en accueillant l’étranger … ?

    Vous ne me connaissez sûrement pas, je suis le prince Asriel Dreemurr, et je préférerais que vous me tutoyez. Et je vais faire ça aussi. Donc, reprenons, moi ce sera Asriel, c'est plus court et plus joli, et toi, comment t'appelles-tu? Oh, et tu peux arrêter de t'agenouiller et t'installer confortablement, j'ai bien envie de discuter avant d'aller à la rencontre de l'honorable Dame Kamui.


Une fois encore, Jakob finit par se rendre compte qu’il s’était perdu dans ses pensées, et se serait volontairement frappé, de sa propre maladresse. Pour ainsi dire, il n’avait même pas remarqué que le prince l’avait contourné pour aller s’asseoir sur un tronc mousseux, non loin. C’est alors qu’il réalisa qu’il avait entendu parler d’individus un peu dans le genre du prince, du moins physiquement, des sortes de "monstres humanoïdes", même si on ne lui avait parlé d’aucun prince alors. Où avait-il donc entendu parler de cela … ?

    Flora et Felicia … Elles débattaient sur le jeu d’Undertale, où Papyrus m’a secouru, la dernière fois … Ce sont probablement elles.


Au final, le jeune homme se décida enfin à se relever, époussetant un peu la poussière sur ses genoux, avant de se tourner vers le dénommé Asriel, même si son regard se porta sur ses pieds. Petit, on lui avait appris à respecter toute personne de sang royal, ne pas se comporter n’importe comment avec eux. Il ignorait néanmoins comment il devait agir, avec un prince d’un autre jeu.


    « Je … Je m’appelle Jakob. Je ne connais guère mon nom de famille. Je suis … Le majordome de Dame Kamui. L’on m’a appris à ne pas tutoyer les membres de la royauté, mais … Je suppose que si tel est le souhait de Sire Asriel, il me faudra m’y conformer … »


Tout en parlant, le garçon s’installa sur une racine, non loin du tronc du prince. Certes elle ne serait pas très confortable, mais tout lui irait. Après tout, il avait bien passé des jours entiers dans la rue, durant son enfance. Il aurait pu s’asseoir au sol, que cela ne l’aurait guère dérangé. Seulement, après, ses habits auraient été salis par la terre, et il n’était pas sûr que sa maîtresse apprécie vraiment les faits. Elle aurait été capable d’insister pour laver tout cela, et il ne désirait guère la déranger. Jakob finit néanmoins par se rendre compte qu’il devrait parler plus, même s’il n’avait aucune idée de que dire, étant donné qu’il ne discutait jamais véritablement avec qui que ce soit. Timidement, il lança.

    « Si je puis me permettre … Vous, euh, tu … Enfin … De quel jeu viens-tu … ? »


Embarrassé, le garçon se rendit compte qu’il ne cessait de bafouiller, et que ce sujet de conversation ne serait pas vraiment intéressant. Il tenta donc de trouver autre chose, de peur que le prince se lasse, parte, et qu’il doive expliquer à Kamui que son invité avait fui en raison de son incapacité à parler, alors il lança.

    « Par ailleurs, si le paysage ici semble désolé … C’est que … A vrai dire, notre jeu prend place durant la guerre, de deux royaumes … Nous sommes une armée, dirigée par Dame Kamui, c’est pour cela que notre camp est … Au milieu de ces bois … Et … Enfin … »


Soudain, Jakob se tut. Il s’était rendu compte qu’il donnait l’impression d’être ridicule, et baissa donc le visage. Repenser à tout cela, lui avait fait, étrangement, repenser également à son triste passé, l’abandon de ses parents, ses difficultés à être accepté ensuite comme majordome … Il prit un instant pour oublier tout cela, ne comptant guère en parler, laissant donc le champ libre à Asriel pour s’exprimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Lun 18 Juil - 23:12

Bien, je suis déjà en train de réfléchir au savon que je vais me prendre lorsque cette Kamui verra qu'un crétin est venu l'embêter pendant des affaires officielles, et a maltraité un de ses serviteurs. Maaaais je ne suis pas trop du genre à en avoir quelque chose à faire de ce que disent les hauts placés, et du coup je ris à cette perspective plus qu'elle ne m'effraie.

En retournant sur Jakob, car tel est le nom du serviteur qui semble un peu... Hmm comment dire, un genre que je n'apprécie pas trop. Serviable, ce qui est une qualité lorsqu'elle n'est pas précédée de "aveuglément", ce qui le rend tout de suite moins agréable. Je n'ai jamais apprécié les adeptes de l'échelle sociale, ceux qui ne font rien pour la faire trembler et s'effondrer pour mettre tout le monde sur le pied d'égalité qui est qu'on est tous vivant et sensibles. Bref, je ne peux pas non plus lui en vouloir d'être faible, mais je peux certainement faire quelque chose pour le forcer à voir les choses autrement que comme on lui a toujours appris. Essayer, ça vaut toujours le coup.

J'écoute donc la question de Jakob, qui me demande de quel jeu je viens. Le pauvre n'a pas l'air très à l'aise, tu m'étonnes quand on est le larbin d'une aristocrate qui suit bien les règles, et veut que tous ses sujets soient brillants et polis, on est conformé comme tout le monde et on partage son cerveau, devenant un mouton suivant le troupeau, suivant le berger qu'est ce stupide noble qui ne se rend pas compte qu'il n'est lui-même qu'un jouet. Bref, ça me révolte, ça m'horripile et ça m'agace. Je m'apprête à répondre, après ce temps mort où, absorbé par mes pensées, je n'ai rien dit, quand il reprend, sans doute prenant mon silence pour un manque d'intérêt. Il m'explique un peu la situation, et je comprend par conséquent mieux sa manière de m'interpeller.

"Je vois je vois, merci de m'avoir dit ça. Hé bien, pour répondre à ta question, je viens d'Undertale, où la guerre n'est plus trop d'actualité. Donc du coup, moins de problèmes de ce genre... Tiens, tu m'as l'air quelque peu timide. Serais-tu intimidé parce que j'ai dit que je suis prince? Ne t'en fais pas Jakob, j'ai beau avoir ce titre de noblesse ça ne fait pas de moi quelqu'un de plus important que toi."

Je le regarde, le laissant méditer sur ce que j'ai dit. Un esprit étroit tel que le sien doit certainement prendre le temps d'assimiler autant d'informations qui soient contradictoires avec ce qu'on lui a appris depuis toujours, et la manière dont on la formaté risque de limiter nos discutions si je ne parviens pas à force ce bougre de simplet à sortir de ce cadre qu'on lui a rentré dans sa tête, et ainsi nous nous retrouverions dans une relation "prince-serviteur" que je déteste plus que tout, étant contre le principe de hiérarchie. Heureusement, pour une fois, ce statut de prince va me permettre de faire le bien à ma façon.

"Notre famille a des gens qui travaillent pour elle aussi, mais nous les respectons autant qu'ils nous respectent, car, et c'est très important de s'en rappeler, chaque unité vivante est au final similaire, et ces titres de rois et reines ne sont que des fantaisies qui donnent l'illusion d'une hiérarchie, alors que nous méritons tous la même chose. Jakob, ne me considères pas comme un prince qui t'es supérieur, mais comme un ami, certes avec qui tu es peu familier, mais à qui tu ne dois pas de sacrifices autre que ceux que tu ferais pour quelqu'un que tu apprécie."

Je lui souris en le regardant droit dans les yeux. Si dans ma farce je peux au moins offrir à quelqu'un un regard frais et nouveau sur ce qu'il est, alors j'aurais une conscience tranquille quelles que soient les remarques désobligeantes de ses nobles de pacotille.

"Trêve de morales barbantes, j'ai dit que je voulais parler, et là j'ai l'impression d'être un vieux professeur qui réprimande un enfant. Ce que je n'aime pas ça, hé hé hé! Dis-moi, quand je vais arriver là-bas, est-ce qu'il y a des gens qui sont pas très agréables, que je devrais éviter? Entre nous, hein, j'irais pas répéter ce genre de sottises. Oh, et peut-être des conseils pour faire plaisir à dame Kamui?"

J'essaie par mon air et mon faux statut de le mettre en confiance. Qu'il cesse de bégayer par pitié, je hais ces gens qui ont peur de dire les choses!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Mar 19 Juil - 21:06


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    Comment oublier les horreurs de son passé … Lorsqu’elles sont ancrées au fond de son âme ?


Tentant toujours de démêler passé et présent, Jakob resta silencieux. Plus les secondes s’égrenaient, et plus les souvenirs envahissaient son esprit, tous plus horribles les uns que les autres. Il se rappela la cruauté des autres apprentis majordomes, qui n’avaient eu de cesse de se moquer de lui, soit en raison de l’abandon de ses parents, soit aussi, car lorsqu’il était arrivé, il ne savait rien faire. Forcément, ses premières années avaient été passées dans une résidence, où c’était lui, qui avait eu des serviteurs … Ses parents étaient des aristocrates, qui vivaient dans un château, et l’avaient vendu en échange d’argent … C’était bien tout ce qu’il savait sur eux, et c’en était déjà trop. Il aurait préféré ne plus s’en souvenir, mais il n’avait aucun contrôle sur sa mémoire …

    « Je vois je vois, merci de m'avoir dit ça. Hé bien, pour répondre à ta question, je viens d'Undertale, où la guerre n'est plus trop d'actualité. Donc du coup, moins de problèmes de ce genre... Tiens, tu m'as l'air quelque peu timide. Serais-tu intimidé parce que j'ai dit que je suis prince? Ne t'en fais pas Jakob, j'ai beau avoir ce titre de noblesse ça ne fait pas de moi quelqu'un de plus important que toi. »


Le majordome revint un peu à la réalité, en entendant la voix d’Asriel, lui parvenir, tel un songe lointain. En relevant un peu le visage, il se rendit compte que le prince le fixait, et cette fois, soutint son regard. Ses yeux améthyste étaient un peu vitreux, comme il continuait de réfléchir, mais rien n’aurait pu interrompre le fil de ses pensées. Les informations données par son interlocuteur s’enregistrèrent quelque part dans son cerveau, jusqu’à ce qu’une partie le fasse réagir : la timidité. En réalité, tel n’était pas son problème … Il avait développé une certaine aversion pour les autres, au vu de son passé, et s’était donc coupé du monde extérieur. Il se protégeait derrière le masque du travailleur acharné et dévoué, exécrable envers toute autre personne que Dame Kamui. Ainsi, il s’assurait de ne jamais souffrir. C’était bien pour cela, qu’il ne savait plus comment discuter à peu près normalement, avec qui que ce soit, qu’il bégayait, dès qu’il ne pouvait plus se cacher, sous ses airs impassibles …

    « Notre famille a des gens qui travaillent pour elle aussi, mais nous les respectons autant qu'ils nous respectent, car, et c'est très important de s'en rappeler, chaque unité vivante est au final similaire, et ces titres de rois et reines ne sont que des fantaisies qui donnent l'illusion d'une hiérarchie, alors que nous méritons tous la même chose. Jakob, ne me considères pas comme un prince qui t'es supérieur, mais comme un ami, certes avec qui tu es peu familier, mais à qui tu ne dois pas de sacrifices autre que ceux que tu ferais pour quelqu'un que tu apprécie. »


Un ami … Combien de fois dans sa vie avait-il entendu prononcer ce terme ? Aussi loin que pouvait remonter sa mémoire … Seule Kamui l’appelait ainsi. Pour elle, il n’était pas son majordome, mais son ami. Elle l’avait sorti de sa solitude, offert un toit, une raison de vivre. Il avait toujours vécu pour la servir, depuis qu’elle l’avait sauvé, et pourtant, il avait oublié … Il avait oublié les nuits qu’ils avaient passé à discuter, lorsqu’elle n’arrivait guère à s’endormir. Il avait oublié ses cadeaux, et surtout le nœud de ses cheveux, qui ne le quittait jamais, cela comme le fait qu’elle s’inquiétait constamment, lui disant de ne pas en faire de trop, de prendre du temps pour lui … Combien de choses avait-il manqué ainsi ? Surtout depuis qu’il avait été distrait par sa pseudo rivalité avec Kaze. Avec tout cela, ne l’avait-il pas négligée, elle, et son cœur d’or … ? Il n’en savait trop rien.

    « Trêve de morales barbantes, j'ai dit que je voulais parler, et là j'ai l'impression d'être un vieux professeur qui réprimande un enfant. Ce que je n'aime pas ça, hé hé hé ! Dis-moi, quand je vais arriver là-bas, est-ce qu'il y a des gens qui sont pas très agréables, que je devrais éviter ? Entre nous, hein, j'irais pas répéter ce genre de sottises. Oh, et peut-être des conseils pour faire plaisir à dame Kamui ? »


En un instant, Jakob eut l’impression d’être submergé par une vague d’émotions contraires. Certes, il était bien d’avoir réalisé ce qu’il avait fait, et à quel point il pouvait parfois se fourvoyer, mais que devait-il faire, désormais ? Il était perdu. Il voulait s’excuser, au moins auprès de sa maîtresse, pour avoir, ainsi, négligé ses sentiments. Il ne désirait que son bonheur, mais s’il était la cause de ses tourments …


    « D-Dame Kamui … Elle a toujours voulu que je sois … Son ami. C-comment ai-je pu être aussi bête pour ne l’avoir jamais remarqué … ? Je … Je suis impardonnable, je le sais … »


Se rendant compte qu’il donnait l’impression d’être un enfant, qu’il était à deux doigts de pleurer, ce qui serait contre toutes les morales qu’il s’était fixées depuis sa naissance, le majordome secoua la tête. Alors il décida de répondre aux autres questions d’Asriel, reprenant sa contenance.

    « Des gens à éviter … Hum … Je dirais Felicia, une autre domestique. Elle ne cesse de casser ou renverser des choses. Alors si tu veux éviter d’avoir du thé partout … Ou Setsuna, une archère. Mieux vaut ne pas s’approcher d’elle, sous peine de finir dans un trou … Sinon … Je dirais Kaze. C’est mon rival. »


Se rendant compte qu’il divaguait un peu, et disait toujours n’importe quoi, ne sachant toujours pas très bien que dirait un individu normal, Jakob décida de parler d’autre chose.

    « Faire plaisir à Dame Kamui ? Je dirais qu’elle aime beaucoup de choses. Par exemple, elle aime beaucoup lorsque je lui prépare du thé ou des gâteaux … Sinon, les fleurs, des jeux, des promenades en nature … Mais plus encore, ce qu’aime ma maîtresse, c’est de … C’est quand … Enfin, quand les gens sont heureux, et sourient … C’est sans doute la personne la plus gentille, la plus pure du monde entier … »


Après ses paroles, se rendant compte qu’il divaguait beaucoup, le majordome rougit légèrement, en détournant le visage. Il aurait été capable de parler des heures durant de la fille, de son innocence parfois énervante, de sa gentillesse, de comment il l’avait sauvé, comment elle était admirée par toutes les personnes du camp, malgré son enfance difficile, et tout cela … C’était probablement son sujet favori, mais cela le gênait tout autant que le troublait. Néanmoins, Asriel allait commencer à se lasser. Il réfléchit donc à que dire, qui ne soit pas sur elle, mais ne trouva guère sur l’instant, alors il resta finalement silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Mer 20 Juil - 22:47

Ce type, Jakob, a l'air assez rêveur. Soit, je ne vois pas de raison de l'en blâmer. Cela dit, j'aimerais bien savoir sur quoi il cogite, si ce sont mes mots qui le font penser, ou s'il est comme ça de manière générale. Il me parle de dame Kamui, disant qu'ils soient amis. Peut-être que cette aristocrate n'est pas aussi hautaine que j'aie parié au départ de la conversation. Mais plus que ça, j'ai l'impression que Jakob est un fanatique de sa maîtresse. Il n'est pas impossible qu'il aie subi un lavage de cerveau, ce qui me motive davantage à voir cette dame dont il ne peut cesser de parler.

Ensuite il me cite ces servants que je devrais éviter. Je prend note, pas tellement parce que j'en ai quelque chose à faire, mais parce que je ne veux pas lui donner l'impression que je ne l'écoute pas. Bah, c'est sans doute un peu hypocrite, mais qui va me blâmer? Bon, peut-être tout le monde quand on va apprendre ma supercherie, mais c'est pas ça que je voulais dire, je voulais dire que je me pardonnerai ça. Bref, je m'éloigne du sujet, à la base je voulais juste m'allonger dans la mousse. Grrr, que c'est enquiquinant. Et l'autre idiot avec sa fête de mes d... Hem, non, je ne dois pas être vulgaire.

Enfin, il répond à ma question sur comment faire plaisir Kamui. De la description qu'il me fait, cela a l'air d'être une charmante dame, cependant je ne m'arrête pas à ces premières considérations car je sais qu'il s'agit là d'un servant chargé de vanter sa maîtresse au mieux. Mais j'imagine qu'il ne ment pas entièrement... On verra au moment de la confrontation. Je remarque également qu'il semble pensif, une fois de plus.

Très bien, je suppose que c'est à moi de rajouter du bois au feu de la discussion. Mais je n'ai pas réellement d'idée, puisque à la base je ne voulais pas discuter mais dormir. Tant pis, je pose mon sac sur mes genoux et sors une bouteille d'eau dans laquelle je bois, WOW QUI AURAIT PU S'Y ATTENDRE. Je regarde Jakob un moment, je ne lui en propose pas, il va refuser de toutes manières, et puis c'est pas comme s'il ne pouvait pas boire à son campement ou quelque chose du genre.

"Dis-moi, tu n'es pas quelqu'un qui est naturellement bavard, est-ce que je me trompe? Bah, ne t'en fais pas, je comprend. Que ça doit être ennuyeux ces gens qui parlent pour rien dire..."

Je range ma bouteille, puis je m'étire, avant de me laisser tomber en arrière, après avoir vérifié que ma chute serait amortie par un lit de feuilles mortes et de quelques branches fragiles. Et puis, je n'y vais pas fort, je suis jeune et inconscient, mais pas retardé. Quoique, ça peut se discuter des fois. Bref, me voilà donc dos à terre, les jambes posées sur le tronc, et les bras écartés, tandis que je fixe la canopée. C'est une vue qui ne m'est pas souvent offerte et je savoure tant que je suis là.

"Et sinon, tu as des hobbys, ou tu te contente de travailler tout le temps?"

Peut-être qu'il ne va pas comprendre ce mot. Tant pis, j'aviserais. J'espère néanmoins qu'on va réussir à faire démarrer cette conversation, et à le forcer à parler de lui. Qui sait, peut-être qu'on va le rendre indépendant? Ha ha, pardon, ce n'est pas drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Ven 22 Juil - 21:15


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    Cesser de penser à sa sauveuse, celle qui nous a donné une raison de vivre ? Impossible, même dans les rêves les plus fous.


Tandis que Jakob pensait à un sujet de conversation, qui puisse faire perdurer la discussion, assez intéressant pour capter l’attention de son interlocuteur, sans être néanmoins trop axé sur sa propre vie, dont il ne semblait pas parler, il ne s’aperçut guère que le prince l’observait en semblant songeur, lui aussi. Néanmoins, le majordome réagit lorsqu’Asriel prit son sac. Il se raidit, inquiet à l’idée que l’étranger ne puisse sortir une arme, malgré avoir proclamé être venu en paix, mais ne put que soupirer de soulagement, en le voyant à la place se munir d’une bouteille d’eau. Le jeune homme finit par se rendre compte que le second le fixait, et crut qu’il allait lui faire une remarque sur ses gestes défensifs, mais il n’en fit rien, et prit même la parole.

    « Dis-moi, tu n'es pas quelqu'un qui est naturellement bavard, est-ce que je me trompe? Bah, ne t'en fais pas, je comprends. Que ça doit être ennuyeux ces gens qui parlent pour rien dire... »


A ces mots, celui aux yeux améthyste se sentit, par habitude, baisser le regard. Il n’aimait guère trop, quand on lui faisait des remarques sur son comportement, même si elles étaient véridiques, mais Asriel ne semblait néanmoins pas le lui reprocher, alors … Il prépara mentalement une réponse, histoire de se montrer sympathique, et faire plaisir à Kamui, qui aimerait bien qu’il n’ait pas que des ennemis. Il finit par entendre un petit bruit, et sursauta, n’ayant pas vu que le prince s’était laissé tomber en arrière. Il analysa aussitôt la situation du regard, car l’invité de la princesse ne devait pas être blessé, mais comme ce dernier semblait sauf, Jakob resta sur place, et se contenta de regarder le tronc, où son interlocuteur s’était tenu, un instant avant.

    « Et sinon, tu as des hobbys, ou tu te contentes de travailler tout le temps ? »


Des hobbys ? Le majordome ne connaissait guère ce mot, car à son camp, les individus se contentaient souvent du langage moyenâgeux, mais il l’avait déjà entendu ailleurs … Il resta silencieux un instant, avant de se souvenir que, parfois, les joueurs de la borne employaient ce terme. Et il avait fini par associer ceci aux loisirs. Il ignorait si c’était bien là la signification réelle, mais de toute manière, par élimination, avec la suite de la phrase, c’était ce qui semblait s’en rapprocher le plus …


    « Pour te répondre … A vrai dire … Non, je ne suis pas très bavard. C’est … A cause du passé. Dame Kamui m’a sauvé, cependant, alors pour elle, je fais des efforts. Je veux tout faire, pour rendre son geste charitable le plus utile que possible. »


Le majordome se retrouva à peu près satisfait de la tournure qu’il avait donnée à sa phrase, et se mit à serrer, entre ses doigts, la broche bleue de son foulard, qu’elle lui avait offerte également, le second cadeau qu’elle lui avait fait. Ceci et le ruban de ses cheveux, étaient probablement les deux choses dont il ne se séparerait jamais, pour l’immense valeur sentimentale qu’elles dégageaient. Après avoir laissé échapper un léger sourire, au souvenir de ces deux jours mémorables, il décida de répondre à la seconde réplique du prince.

    « Pour les les hob- … Les hobbys, je dirais que j’aime beaucoup patrouiller sous le clair de lune. Ces promenades nocturnes me font le plus grand bien, et puis, la solitude est agréable. Sinon, certes c’est du travail, mais j’aime perfectionner mes techniques pour faire le thé ou les gâteaux de Dame Kamui. Cela me rappelle à de bons souvenirs … »


Il avait hésité sur le mot, ne sachant pas très bien comment le dire, puis avait parlé sur un ton rêveur, avant de succomber à la tentation des illusions. Le jeune homme laissa un instant son esprit divaguer sur ces rêves du passé, avant de remarquer que la politesse serait de continuer à parler, et non pas d’arrêter sa phrase au plein milieu. Pourtant, plutôt que de continuer sur les loisirs, le jeune homme ne put s’empêcher de laisser échapper une question, toujours à moitié obnubilé par ses rêveries.

    « Et toi, as-tu quelqu’un, que tu voudrais rendre heureux par-dessus tout le reste ? Je pense que chaque personne a pour but de rendre au moins un autre individu heureux. Cela donne une raison d’être, après tout … »


Se rendant compte de ce qu’il venait de dire, Jakob baissa la tête, assez embarrassé. Il venait de révéler ce qu’était sa raison de vivre. Jusqu’à se rappeler qu’Asriel devait certainement l’avoir déjà compris, depuis le temps, et rester silencieux, lui laissant le loisir de répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 24 Juil - 19:50

C'est donc ça. Je comprend mieux cette dévotion aveugle envers cette dame qui revient dans la conversation aussi souvent qu'un rhume en hiver. Hem, bon, je tenais vraiment à faire une comparaison, mais celle-ci n'est pas du plus bel effet. Passons. Cette révélation de Jakob me fait le voir d'un œil un peu plus bienveillant, puisqu'il ne sert pas Kamui à cause d'une éducation qui lui aurait lavé le cerveau, mais parce que lui et lui seul a décidé qu'il voulait la remercier. Bon, je n'écarte cependant pas la piste du lavage de cerveau, mais de toutes manières on tirera ça au clair tout à l'heure.

En tous cas, me voilà soulagé. Le petit Jakob se met à parler et semble se sentir un peu plus en confiance (oui un peu, je ne prend pas de risques), ce qui fait partie de mon projet. Je l'écoute et le regarde avec un sourire soulagé et bienveillant, je cherche à l'encourager à penser à des choses qui le rendent heureux. Puis le voilà qui me pose une question sur la personne que je veux rendre heureux. Je ferme les yeux, j'inspire, puis je tourne à nouveau ma tête en direction de l'épais feuillage de la canopée, expirant et ouvrant les yeux, un doux sourire aux lèvres. Il s'écoule bien une dizaine de secondes tandis que je repense à ma famille, et à ma sœur. Puis je cligne des yeux et me retourne vers lui.

"Pour tout te dire, j'ai ma sœur. Il y a mes parents aussi, mais eux sont déjà bien aimés de leur peuple, tandis que ma sœur détient le pire rôle, une sortes de bouc émissaire. C'est injuste, et j'estime que c'est mon devoir, en tant que grand frère et une des rares personnes qu'elle apprécie, d'être là quand elle a besoin de moi, la faire sourire, jouer avec elle, la faire sortir, et tolérer ses bêtises."

Je fixe Jakob avec un regard un peu taquin.

"Mais pas au point de mettre en péril mes loisirs et passes-temps, hé hé hé. Grâce à un emploi du temps organisé, je fais tout ce que j'ai à faire, tout ce que je veux faire, et il m'arrive d'avoir des moments de trou, assez rares..."

Là, je commence à avoir un peu mal au dos. C'est pas que le sol feuillu soit le plus inconfortable, mais je n'ai pas choisi la meilleure des positions, alors je me relève, le pelage plein de morceaux de feuilles mortes et de branches cassées. Ma main gauche vient retirer ces saletés qui me rendraient non présentable auprès de la grande comtesse archiduchesse machin-chose Kamui, tandis que ma main droite s'agrippe au tronc, car en me relevant, j'ai dû prendre appui dessus, et que je n'ai tout simplement pas enlevé ma main de là. Je fait un grand sourire d'enfant qui a fait une bêtise et qui est content de lui, puis je dis:

"Donc les promenades nocturnes hein? Tiens, là où je vis il n'a pas de ciel et pour les promenades nocturnes il faut aller ailleurs. Un de ces jours on pourrait en faire une tous les deux, si on trouve un trou en commun dans nos emplois du temps respectifs."

Puis je repense à cette méfiance que Jakob a montré à mon arrivée.

"Dites, ça arrive souvent que vous vous fassiez attaquer? Ou c'est une prudence habituelle? ... Oh, et tu sais te battre du coup?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Sam 6 Aoû - 20:50

[Sorry pour le retard, j'espère que ma réponse ira ^^]


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    La personne la plus importante, celle pour qui on vit … Peut-être qu’un majordome ne doit pas songer ainsi …


Laissant ses pensées divaguer en direction de la princesse, réfléchissant déjà à ce qu’il pourrait lui préparer pour dîner, et ce qui pourrait se produire le lendemain, Jakob en oublia complétement ce qu’il venait de dire, étant repassé, en un instant, au mode du majordome assidu à sa tâche. Il ne prêta donc guère attention au fait qu’Asriel se soit montré pensif, et, pour ainsi dire, manqua de sursauter lorsque ce dernier parla, même s’il s’en abstint finalement

    « Pour tout te dire, j'ai ma sœur. Il y a mes parents aussi, mais eux sont déjà bien aimés de leur peuple, tandis que ma sœur détient le pire rôle, une sortes de bouc émissaire. C'est injuste, et j'estime que c'est mon devoir, en tant que grand frère et une des rares personnes qu'elle apprécie, d'être là quand elle a besoin de moi, la faire sourire, jouer avec elle, la faire sortir, et tolérer ses bêtises. »


Il fallut un instant au jeune homme, dont les yeux améthyste reflétaient son trouble, pour reprendre le fil de la discussion, et il avisa ensuite l’air taquin du prince, qui, il le devinait, allait lui jeter une pique. Il écouta donc patiemment ce qu’il s’apprêtait à lui dire.

    « Mais pas au point de mettre en péril mes loisirs et passes-temps, hé hé hé. Grâce à un emploi du temps organisé, je fais tout ce que j'ai à faire, tout ce que je veux faire, et il m'arrive d'avoir des moments de trou, assez rares... »


Jakob comprit que la première phrase de son interlocuteur lui était destinée, mais il ne releva guère. Après tout, peu importe ce que les autres en diraient toujours, mais il continuerait à servir loyalement Kamui, et ce, jusqu’à son dernier souffle. Ce n’était pas par obligation, mais car il aimait faire cela. Le doux sourire de la fille, lorsqu’elle était heureuse, ses chaleureux remerciements, ne sauraient jamais le lasser. Ces deux choses, à ses yeux, valaient tout l’or du monde. Même si on lui avait offert un haut poste, par un jour quelconque, il aurait refusé. Et tout cela … Pour demeurer aux côtés de la princesse. Sa loyauté envers elle était sans faille, et, il le savait, le demeurerait à jamais … Il commençait à s’enfoncer dans ses pensées, lorsqu’il entendit soudain du bruit, et le jeune homme releva aussitôt le visage, pour voir qu’Asriel s’était relevé, et qu’il se débarrassait tant bien que mal des bouts de branches et feuilles accrochées à ses habits.

    « Donc les promenades nocturnes hein? Tiens, là où je vis il n'a pas de ciel et pour les promenades nocturnes il faut aller ailleurs. Un de ces jours on pourrait en faire une tous les deux, si on trouve un trou en commun dans nos emplois du temps respectifs. »


Ces mots firent se bloquer la respiration de Jakob dans sa gorge, et pour dire : c’était bien la première fois qu’une personne –hors de Kamui bien évidemment-, lui propose de se balader avec lui. Ordinairement, soit les humains étaient intimidés, soit ils haïssaient ses manières, ou encore ne se souciaient guère de lui. C’était tout naturel qu’il soit surpris. Confus, il ne répondit donc guère sur le champ, laissant au prince l’occasion de continuer de parler, et de poser des questions.

    « Dites, ça arrive souvent que vous vous fassiez attaquer? Ou c'est une prudence habituelle? ... Oh, et tu sais te battre du coup? »


Le majordome soupira à cette phrase, repensant à quelques moments du passé, et ses yeux se perdirent dans l’obscurité de la forêt. Pour ainsi dire … S’il était si méfiant, c’était en raison de son enfance, où à chaque instant, il avait dû être prêt à réagir. Mais ceci, il ne comptait guère le révéler. Il se décida finalement à répondre, au bout de quelques secondes, et après un nouveau soupir.


    « C’est une prudence habituelle. Une habitude … Du champ de bataille. Je protégerai toujours ma maîtresse, même s’il m’en coûte la vie, et je tiens à vérifier personnellement que tous ceux qui l’approchent soient dignes de confiance … Et oui, je manie la dague. Nous sommes en guerre, et je me bats fréquemment aux côtés des autres, aux heures d’ouvertures de l’arcade … J’ai appris tout cela, pour être un digne majordome. »


Jugeant qu’il s’en était tiré en donnant une réponse convaincante, mais sans trop se dévoiler tout de même, Jakob afficha un léger sourire satisfait. Puis il repensa à cette idée de promenade, bien indécis, se demandant ce qu’elle aurait voulu qu’il fasse. Il prit une minute pour réfléchir, avant de se lancer.

    « J-je suppose, pour les promenades, qu’elle aimerait que j’ai des alliés, moi aussi … Mais … Je ne veux pas la laisser seule trop longtemps, ni avec Kaze, d’ailleurs … Je … »


Se rendant compte de ce qu’il venait de dire, le majordome détourna la tête, pour cacher ses rougeurs. Cette rivalité avec le ninja, était bien plus ancrée en lui qu’il ne l’aurait voulu, mais il ne tenait pas particulièrement à ce que les autres en sachent quoi que ce soit. Après tout, si Kamui voulait passer du temps avec lui, que pouvait-il y faire ? Il n’avait aucun droit pour s’y opposer …

    « Non, ce n’est rien. Je suppose … Que ce devrait être possible … Même si … Je ne serai pas plus doué pour faire la conversation. »


Il finit sa phrase sur un ton impassible, soudain redevenu le garçon froid qu’il était toujours, en alerte. Le majordome venait d’entendre du bruit, non loin, et après avoir fait signe à Asriel de rester calme, il regarda discrètement derrière les fourrés, pour voir trois filles, qui marchaient sur le chemin en riant aux éclats. Avec surprise, il reconnut Kamui et ses deux sœurs, Elise et Sakura. Ce fut alors enfin qu’il comprit qu’ils étaient prêts de la source où elles avaient été se baigner. Il fallut un instant au garçon pour comprendre qu’il les épiait, et il secoua la tête, avant de rejoindre le prince, sans s’apercevoir que ses yeux pétillaient.

    « Je suppose que je vais bientôt rentrer, Dame Kamui est sur le chemin du retour … Alors … Veux-tu toujours y aller ? Si oui, tu n’auras qu’à me suivre. »


Ce fut donc en trépignant sur place, impatient l’on ne savait pas trop pourquoi, que Jakob attendit la réponse, déjà prêt à courir dans toute la forêt pour rejoindre le camp, dans le but d’accueillir la princesse, comme un majordome le ferait. Même si en faisant guide, il ne pourrait certainement guère aller si vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Lun 8 Aoû - 2:07

Aujourd'hui, j'ai quand même fait quelque chose de pas banal et que je ne referais certainement pas tous les jours: J'ai écouté quelqu'un! Bien, c'est bon, j'arrête de faire l'idiot. Mais c'est vrai qu'écouter des gens barbants qui te donnent des conseils, racontent leur vie, te monopolise inutilement l'attention, c'est pas vraiment ce que j'aime le plus. Jakob, lui, c'est une autre paire de manches. Certes, ses histoires ne sont pas les plus intéressantes au monde, en revanche je tiens compte du fait qu'il m'a pris pour un agresseur, puis je l'ai invité à s'ouvrir davantage et il l'a fait. Donc lui reprocher de faire ce que je l'ai invité de faire reviendrait à se comporter comme un hypocrite aristocrate de mes deux... Oreilles.

J'écoute donc ses réponses, car c'est ce que veut l'ancienne tradition de la conversation, et lorsque vient le moment où il mentionne la promenade et qu'il me dit qu'il ne sera pas meilleur en conversation, je lève un pouce vers lui.

"C'est bien, tu n'as pas besoin de te forcer à être ce que tu n'es pas, c'est le but des amis. Bon, on est pas encore amis et on ne le sera peut-être jamais, mais on s'en fiche. Et puis, le silence dans une promenade, c'est bien mieux, j'ai assez de bruit inutile autour de moi tu ne peux pas t'imaginer."

A ce moment là, alors qu'on parle de bruit, je le vois se transformer en petit suricate méfiant. Il a entendu quelque chose, je le verrais presque bouger ses petites oreilles pour tenter de trouver le bruit (les humains sont si ennuyeux, des oreilles toutes fixes et toutes rigides comme ça, c'est un manque d'amusement flagrant.), et me fait signe de rester calme. Chouette, une attaque de sanglier sauvage? Oh, je rigole je rigole, mais si on est véritablement dans l'embarras je serais bien content qu'il soit là pour me protéger. Non pas que je n'ai rien pour me défendre, mais user de la violence est une chose qui ne m'intéresse pas le moins du monde.

Maaaais en fait, pire qu'un sanglier, il semblerait que ça soit Kamui qui nous attaque! Je suis prêt à la plaquer au sol s'il le faut! ... Oh c'est bon hein, j'ai bien compris à votre regard de lecteur blasé que mon humour ne stimulera pas vos zygomatiques aujourd'hui. Puisque vous êtes friand de sérieux, voilà ce qu'il se passe pour de vrai: Jakob, excité comme... Un petit suricate, en fait, m'invite à le suivre au camp pour rencontrer Kamui, la fameuse, qui s'y rend en ce moment même.

Et bien j'imagine que c'est mon heure, le moment de briller d'insolence devant tant de noblesse, car oui je compte bien me comporter comme un petit idiot. En fait, pas à ce point là, je resterais poli, mais sous le couvert de la politesse, je n'irais pas jusqu'à lécher les bottes. Pour être précis, ce sera un peu de piment que je servirais à mademoiselle, ou madame, et j'espère qu'elle saura le prendre avec un bon verre de lait.

Ça y est, lecteur las, le temps des métaphores a cessé, tu peux poursuivre ta lecture en toute sérénité.

A cette proposition, je ne vois aucune objection, puisque je m'y suis résolu depuis le départ.

"Pars devant Jakob, je suivrais le chemin que tu traceras. Mon guide!"

Je ris, puis je rajoute, tant qu'à s'enfoncer dans la plaisanterie de sombre petit enquiquineur que je suis:

"Oh et pense à vérifier souvent derrière toi que je ne te laisse pas en plein milieu du chemin!"

... Non je ne changerai jamais, je ne ferais rire que moi, mais au moins quelqu'un me fera toujours rire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 14 Aoû - 23:33

[J'ai un peu moins de retard ce coup-ci, mais navré de pas avoir rep plus tôt quand même ^^' j'espère que ça ira en tout cas même si je t'avais un peu parlé de l'idée, mais sinon préviens-moi je changerai !]


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    Bientôt, bientôt l’on se retrouvera. Et peut-être qu’un jour, je saurai déchiffrer ces sentiments qui habitent mon cœur …


    « C'est bien, tu n'as pas besoin de te forcer à être ce que tu n'es pas, c'est le but des amis. Bon, on est pas encore amis et on ne le sera peut-être jamais, mais on s'en fiche. Et puis, le silence dans une promenade, c'est bien mieux, j'ai assez de bruit inutile autour de moi tu ne peux pas t'imaginer. »


Pour ainsi dire, Jakob avait été tellement préoccupé par les bruits dans les buissons, et la vision de Dame Kamui ensuite, qui lui avait donné l’envie de rentrer le plus vite possible au camp, pour s’acquitter des autres tâches ménagères qu’il s’était donné pour but d’accomplir, que cette réplique lui était sortie de l’esprit aussi vite qu’elle y était entrée. Les yeux toujours pétillants, il tentait de se discipliner et attendre sa réponse calmement, tentant de se dissuader de courir jusqu’au camp. Il ignorait quelle réaction elle aurait eu si elle savait qu’il avait cette envie, et s’occupa à imaginer ce que la princesse aurait pu faire, oubliant jusqu’à son interlocuteur, quand soudain …

    « Pars devant Jakob, je suivrais le chemin que tu traceras. Mon guide !»


Le majordome sursauta, une énième fois. Il avait perdu le compte de toutes les fois où le prince étranger avait dû le sortir de ses pensées en cette soirée, et poussa un soupir, assez léger pour que son interlocuteur ne le voie pas, se disant que cette fois, il devait rester concentré. Il finit par remarquer, enfin, le rire d’Asriel, une fois revenu pour de bon au présent, mais préféra ignorer le fait qu’il semblait se moquer, car après tout, après être arrivé si loin, il n’avait aucune intention de changer d’avis et ne pas le conduire au camp. Après tout, il croyait toujours qu’il devait vraiment rencontrer la princesse …

    « Oh et pense à vérifier souvent derrière toi que je ne te laisse pas en plein milieu du chemin ! »


Le garçon, dont les yeux améthyste brillaient désormais de détermination, tant il était résolu à accomplir sa mission, hocha la tête, tout à fait sérieux, et sans se laisser démonter par le ton toujours moqueur du second. Il lui fit donc signe de le suivre, et se mit à avancer un peu dans les fourrés, coupant quelques branches à l’aide de sa dague pour rendre le chemin plus aisément praticable … Jusqu’à ce que les propos d’Asriel à propos de la promenade reviennent à son esprit, et qu’il se rende compte qu’il n’avait toujours pas donné de réponse claire à ce sujet.


    « Il existe toujours des personnes qui parlent sans arrêt … Pour ne rien dire … C’est le cas aussi, au camp … Mais oui, le calme est un luxe. Dans ces conditions, je suppose que l’on pourrait voir, peut-être … Mais ce n’est guère le temps d’y songer. »


Après quoi le majordome retomba silencieux, laissant le calme reprendre possession de la forêt. L’on entendait plus que les branches et feuilles mortes qui grinçaient sous leurs pas. Ils marchèrent ainsi un long moment, jusqu’à ce que soudain, aux abords du camp, il entende des bruits dans les broussailles, non loin. Et cette fois, un mauvais pressentiment étreint le jeune homme. Il s’en approcha doucement, faisant signe à Asriel de rester derrière, jusqu’à voir des Sans-Visages, genre de bêtes dont la tête ressemblait plus à une « médaille » qu’autre chose. Ces créatures étaient l’un des ennemis les plus récurrent dans les batailles quotidiennes du jeu.

    Que font-elles là … ?


Si le camp adverse avait trouvé leur refuge secret, au sein de cette forêt, cela ne pouvait signifier qu’une chose : un traître avait vendu la mèche auprès du roi Garon. Mais qui ? Son premier réflexe fut de se tourner vers le prince étranger. Mais avant cette soirée, il ne connaissait pas leur univers … Alors quoi ? Jakob se jura d’y réfléchir, dès qu’il aurait repoussé cette attaque.


    « Asriel, je reviens. Reste-là, d’accord ? Il ne faudrait pas … Que tu sois blessé. Et je me battrai mieux sans avoir à veiller à tes arrières. »


Son ton était glacial, mais déterminé. Il savait qu’il n’avait probablement guère choisi les meilleurs mots, mais il n’avait pas de temps à perdre … D’un bond, le jeune homme se plaça dans le chemin de ces viles créatures, et reconnut Iago, un illusionniste qui désirait la mort de sa maîtresse depuis bien longtemps.

    « Arrière, viles créatures ! Je ne vous laisserai pas toucher à un seul des cheveux de Dame Kamui ! »


Un sourire perfide se dessina aussitôt sur le visage du commandant ennemi, qui se volatilisa bientôt, lâchant les bêtes. Et sans se préoccuper de si le prince avait suivi ses paroles, le majordome se précipita dans la mêlée, avec la ferme intention de ne pas les laisser même entrevoir la princesse. Il les faucha, les uns après les autres, à l’aide de sa dague, sans remarquer que l’un des ennemis l’avait contourné. Au moment où il éliminait un autre sbire, il se fit soudain frapper par celui qui était derrière, qu’il n’avait pas remarqué. Et même s’il chancela sur place, il put voir un shuriken finir son assaillant, ainsi qu’un éclair vert dans un arbre, non loin : Kaze.

Ce dernier finit les derniers ennemis, de sa précision de ninja, et Jakob put le voir repartir en direction du camp, probablement pour avertir les autres. Lui-même se laissa tomber au sol, le crâne lui tournant horriblement. Il avait connu des blessures plus graves, mais savait pour autant qu’il aurait besoin de soins, même s’il n’avait pas vu la plaie. Enfin, ce n’était pas si important … Il s’en voulait de ne pas su discerner la menace plus tôt, et de s’être fait toucher … Jusqu’à ce que soudain, la princesse en personne sorte du camp, semblant toute affolée. Elle se rua vers lui, et s’échoua à ses côtés, pour examiner la plaie, au bord des larmes.


    « T-tout va bien … Dame Kamui, ce n’est rien de grave, et ...
    - Jakob, t-tu ne peux décemment pas te battre seul, tu aurais pu mourir ! Je t’en conjure, ne refais plus ça … »
    elle releva le visage, et vit enfin le prince étranger, non loin. « Q-que s’est-il passé ? Vous n’êtes pas blessé, au moins, n’est-ce pas ? Sinon, on vous mènera à l’infirmerie ! » elle prit une grande inspiration, puis lança, reprenant un pâle sourire. « Oh, pardonnez-moi. Je suis Kamui, et vous ? Nous pourrons discuter tandis que j’amène Jakob à l’infirmerie ! Venez ! »


Et ce fut sur ces mots, que la fille se releva. Sa panique lui donnait des ailes, et Jakob savait qu’elle en faisait trop, même s’il n’avait pas le cœur de le lui dire. Elle remit donc ce dernier sur pieds, le laissant s’accouder pour qu’il ne trébuche pas, et attendit la réponse de l’étranger, faisant un signe de la tête vers l’entrée du camp.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Mar 16 Aoû - 1:11

C'est drôle, quand on est à la maison on s'ennuie. J'ai toujours constaté ça, et j'ai surtout constaté qu'au contraire, dehors, on a pas le temps de s'ennuyer... Enfin, uniquement quand nos projets SONT précisément de s'ennuyer. Bref, je reviendrais là dessus plus tard.

Après m'avoir répondu, confirmant ce que je dis (et je ne suis pas habitué à ce qu'on soit d'accord avec moi, je vais devoir vérifier si je suis devenu moins rebelle), et après également un petit moment de silence, Jakob est revenu aux aguets. Tandis qu'il avance vers un bruit qu'il a repéré, je roule des yeux, puis soupire:

"Quoi encore?"

Je crois que c'est dans la nature du monsieur d'être tout le temps prêt à poignarder tout ce qui bouge.

"Un écureuil des ténèbres?"

Plaisante-je. Mais n'étant pas trop idiot, je comprend à l'air sérieux du serviteur que les écureuils des ténèbres du coin sont pas mal dangereux. A vrai dire, ça m'arrangerait de pas mourir aujourd'hui, car je rappelle que mon projet initial était de dormir seul dans un coin de nature.

Après avoir eu ce qui semble être un dialogue interne, Jakob s'est tourné vers moi de manière suspicieuse l'espace d'une seconde. Je fronce les sourcils en réponse, et j'aurais même parlé si je n'avais pas vu qu'il était déjà mentalement parti ailleurs. Il me donne des consignes, que j'aurais adoré ne pas suivre s'il ne s'agissait pas de ma survie, et sous-entend également que je serais certainement un boulet, ce qui est vrai car je n'ai pas trop envie de me mêler à des effusions de sang, surtout lorsque celles-ci mènent à la mort de l'un des deux partis.

Je le laisse faire, en évitant de paraître trop anxieux. A vrai dire, je sais ce que je ferais si je venais à être attaqué. En revanche, si l'un de ceux qui se chamaillent se blesse, ce ne sont pas mes connaissances en petits pansements qui m'aidera. Et c'est pourquoi, après réflexion, je me dis qu'il faut que je trouve un moyen d'abréger ce conflit et faire en sorte qu'aucun des deux partis ne se blesse gravement. Oui, on est un ado rebelle, mais il n'empêche que ce que maman nous apprend, ça reste, et maman disait que peu importe l'être qui s'oppose à toi, il mérite de vivre. En clair, il est hors de question que je laisse ces menaces blesser Jakob, mais en contrepartie il est hors de question que je laisse Jakob leur ôter la vie.

Mes mains se chargent de flammes, car c'est le seul sort que je maîtrise réellement, et mes jambes m'entraînent à vive allure derrière Jakob. Je ne dis rien, je prend juste un moment pour évaluer la menace. Il semble y avoir un chef, à qui j'allais adresser la parole avant qu'il ne se volatilise. Je grogne, puis je vois que Jakob charge.

"Pas si vite toi!"

Bon dieu, les hommes d'action... Il fauche aveuglément les... Heu, monstres? Tandis qu'il fonce dans la mêlée, je tire des salves de flammes légères pour propulser les individus hors de portée d'un coup de couteau qui pourrait leur être fatal. La brûlure, ils s'en remettront, puisque ma mère m'a appris toute ma vie à doser ce sort pour qu'il n'aie pas de dommage irréversible. En revanche, je peux espérer que les flammes les terrorise. Mais tandis que j'étais concentré à "protéger" les ennemis, je n'ai pas vu celui qui contournait Jakob pour l'attaquer. Je charge une salve de flammes pour écarter la chose, mais je constate, impuissant, le shuriken qui vient l'achever sans même que je ne puisse réagir. Je serre les poings, éteignant les flammes, tandis que les survivants détallent, et je constate avec honte tout ce que je n'ai pas pu sauver. Ma mine de plaisantin se durcit, puis je me rappelle qu'eux ne meurent pas définitivement. Cependant, cela ne me détend pas, en vérité.

Jakob est au sol, blessé lui aussi parce que moi, prince des ados rebelles et irresponsables, n'est même pas capable de réussir ça. Bon, j'en fais sans doute un peu trop, il s'en remettra, surtout que la princesse court vers le guerrier pour le consoler. Elle finit d'ailleurs par me remarquer, me demandant si je ne suis pas blessé. Du coup, je détend mon visage sans pour autant regagner mon air innocent.

"Blessé? On peut dire que je suis gravement blessé à l'égo mais vous savez, une plaie de plus ou de moins, on ne compte plus."

Puis un rire jaune.

"Pour faire simple, Jakob a croisé des ennemis et a voulu batailler seul. Et moi, et bien, j'ai voulu éviter la bataille. Je n'ai même pas besoin de vous dire si ça a fonctionné, vous le voyez très bien vous-même."

L'ironie s'entend. Cependant, contrairement à celle que Jakob a entendue jusque là, elle est lugubre et un peu cynique. En vérité il n'y a aucun drame qui s'est joué, puisque les morts respawneront, mais dans mon cœur, c'est comme si je venais de me démontrer sur le terrain que j'étais totalement incompétent. Après tout ça, il faudra que je m'allonge sur mon lit pour réfléchir. Ça dans un premier temps, parce que ça fait longtemps que je ne m'y suis pas mis.

Kamui s'est également présentée. J'avais bien deviné que c'était elle, à vrai dire, mais je fais semblant d'être surpris. Enfin, bon, "semblant" dans cette situation ce n'est pas vraiment convaincant. Pour être honnête je ressemble à un gothique(goatique?).

"Oui, pardon, j'étais en train de réfléchir à ma réponse. Qui je suis? Bah, je ne me suis jamais trop posé la question, je dois avouer que vous me posez une sacrée colle. Enfin, j'imagine que c'est mon nom que vous voulez connaître, si tel est le cas, nommez-moi Asriel, simplement Asriel. Et ce que je sais faire, et bien à part être insolent et rebelle, pas grand chose mad...Amemoiselle?"

Mon air sombre se détend un peu à mesure que je parle. J'ai toujours l'air triste, mais d'une tristesse rayonnante. Pour aller dans le concret, j'ai les yeux un peu moins ouverts qu'avant, un petit sourire forcé, qui devient plus naturel, et mes bras tombant comme un défaitiste regagnent un peu de vigueur. Bientôt, je reprend un air semi-faux de gaieté et dis:

"C'est bon, j'ai fini d'être mou, et je serais ravi de discuter si son honneur estime que j'en vaut la peine"

Au cas où le lecteur ou la lectrice se demande, oui, c'était une petite pointe d'ironie. Je ne suis pas venu voir l'aristocratie pour être poli, et je compte bien renchérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakob

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans un monde imaginaire, où l'impossible existe.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Jakob
Confrérie : /
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Sam 10 Sep - 19:45

[Hors RP : ... Sorry, j'ai encore plus de retard que la dernière fois ^^' J'ai pas d'excuses, j'ai juste fait plein de trucs avant la reprise, et après pas eu trop de temps avec les cours etc, pas d'inspi etc, fin bon, maintenant j'essaie de m'y remettre, même si je pourrai peut-être que le week-end avec les horaires mais voilà, je m'arrangerai pour ne plus mettre tant de temps à répondre ^^' sorry encore x) en tout cas j'espère que le RP conviendra !]


« Patrouille et rencontre impromptue. »
| Avec Asriel | ♫


    Quel piteux état pour la revoir … Qu’est-ce qu’une maîtresse penserait d’un serviteur aussi impétueux … ?


Kamui, qui attendait toujours la réponse du jeune prince d’Undertale, commençait à s’agiter de plus en plus, tandis que les secondes s’égrenaient, douces, cruelles, mortelles dans le monde entier. Le majordome, quant à lui, à mi-chemin entre conscient et inconscient, contemplait le vide, s’en voulant horriblement. Il était censé la protéger, empêcher qu’elle soit blessée, et non pas se faire attaquer par derrière. Il savait que cette attitude n’était pas digne de lui, mais même s’il avait repris des forces depuis la fois où il s’était évanoui et que Papyrus l’avait sauvé, il demeurait en manque de sommeil, et sa concentration lui faisait parfois défaut, comme là …

    « Blessé? On peut dire que je suis gravement blessé à l'égo mais vous savez, une plaie de plus ou de moins, on ne compte plus. »


Jakob fronça les sourcils à ces mots, se demandant ce qui avait bien pu autant gêner Asriel dans ce combat, mais ne saisit guère la nuance. Pour ainsi dire, il n’avait pas vraiment vu sa tentative de "sauvetage", trop préoccupé par le combat. Soupirant de lassitude, il tenta de se dégager de l’étreinte de la princesse, mais celle-ci l’en empêcha aussitôt, avec un regard menaçant, et il dut rester sur place, écouter la suite des paroles du presque-inconnu.

    « Pour faire simple, Jakob a croisé des ennemis et a voulu batailler seul. Et moi, et bien, j'ai voulu éviter la bataille. Je n'ai même pas besoin de vous dire si ça a fonctionné, vous le voyez très bien vous-même. »


A ces mots, Kamui fit une légère grimace. En la voyant ainsi, le jeune homme à ses côtés se souvint qu’elle avait toujours détesté les combats, le sang, et que petite, elle avait fait de nombreux cauchemars à propos de la guerre. Une guerre à laquelle elle était malheureusement contrainte de participer aujourd’hui, pour protéger sa famille et ses amis. Même si tous voulaient lui épargner tant que possible ces horreurs, ce n’était pas toujours possible, et il savait qu’elle en garderait un traumatisme. Et tandis qu’il ruminait, elle parla, d’un ton sans joie aucune.

    « Votre but était très noble, et je vous remercie de vous y être essayé. Si seulement la guerre pouvait s’arrêter … Le monde serait meilleur. Les hommes ont toujours eu un instinct qui les poussait à se battre, malheureusement, j’ignore pourquoi … Mais je ne veux pas que cela résulte en la mort de quiconque ! »


Jakob fronça de nouveaux les sourcils, en la voyant s’agiter, et se mit à craindre qu’elle ne se remette à pleurer, en cet instant précis, en raison de son triste et sombre passé, mais la fille n’en fit rien. A sa grande surprise, elle semblait même plus furieuse qu’autre chose, en allant jusqu’à l’entrée du camp, pour lancer un regard interrogateur à Asriel, de le voir rester immobile. Ce fut le moment que ce dernier choisit pour reparler, par ailleurs.

    « Oui, pardon, j'étais en train de réfléchir à ma réponse. Qui je suis ? Bah, je ne me suis jamais trop posé la question, je dois avouer que vous me posez une sacrée colle. Enfin, j'imagine que c'est mon nom que vous voulez connaître, si tel est le cas, nommez-moi Asriel, simplement Asriel. Et ce que je sais faire, et bien à part être insolent et rebelle, pas grand chose mad...Amemoiselle ? »


Le majordome fut surpris du brusque changement de caractère du prince, mais préféra rester silencieux sur l’instant, pour contempler la réaction de sa maîtresse, qui resta toujours souriante, ne semblant pas troublée pour un rien du ton ironique de son interlocuteur. Fidèle à elle-même, elle ne laissa en aucun cas la moquerie de la fin jouer sur sa gentillesse, et sembla même ravie du regain d’énergie du visiteur, même si elle garda le silence sur l’instant.

    « C'est bon, j'ai fini d'être mou, et je serais ravi de discuter si son honneur estime que j'en vaut la peine. »


Son honneur ? Jakob, même l’esprit embrumé, comprit sur le champ que l’animal/humain en face d’eux se moquait de la princesse, et son premier réflexe fut de se raidir, prêt à la défendre sur le champ, avant de se souvenir qu’Asriel avait tout de même tenté de le protéger à un moment. Faisant de son mieux pour se calmer, il laissa la fille prendre la parole en premier, par respect.

    « Non, non, il n’y a pas de son honneur qui tienne. Je ne suis que Kamui, et je le serai à jamais, peu importe le rang qui m’a été confié dans la société. » un sourire éclatant aux lèvres, elle poursuivit. « Peu m’importe tout cela, personnellement. Jakob a beau être très porté sur la séparation des "classes sociales", je crois en un monde où nous serions tous égaux ! C’est bien pour cela que notre camp rassemble beaucoup d’individus, très variés. Nous sommes tous amis, ou du moins camarades. Notre titre ne fait pas de nous ce que nous sommes. Nous restons tous humains, et … »


Jakob soupira, constatant qu’elle partait encore dans l’un de ses nombreux et longs monologues, et préféra décrocher bien vite. Néanmoins, dès qu’elle eut fini, il sauta sur l’occasion pour prendre la parole, la voix assez faible, mais demeurant toujours un peu froide, comme à l’ordinaire.


    « D-dame Kamui … Asriel est un prince … Il a dit venir des contrées lointaines d’Undertale, pour vous porter un message. C’est pour cela … Que je l’ai amené jusqu’ici …
    - Oh, vraiment ? Un message ? »
    un peu surprise, la fille s’enthousiasma de nouveau bien vite. « Ce n’est pas tous les jours qu’on nous rend visite pour en porter, ou quoi que ce soit, laissez-moi vous accueillir dignement ! » sans se soucier de l’étrangeté de la situation, elle décida d’enfin faire bouger les choses, et avança jusqu’à l’infirmerie, forçant presque le prince étranger à la suivre, pour aller déposer son majordome dans le lit d’hôpital, expliquant brièvement la situation à Sakura, la soigneuse du groupe, qui s’attela aussitôt à sa tâche. « Asseyez-vous, il y a des chaises faites pour. Certes, ce n’est pas le palais, mais ainsi, nous aurons des nouvelles de Jakob en même temps que nous discutons. Alors, pour quelles affaires vouliez-vous me rencontrer ? »


Le jeune homme, quant à lui, observait attentivement la scène depuis l’endroit où il était, non loin, prêt à intervenir à tout moment si la princesse le nécessitait. Il était d’autant plus en alerte qu’un pressentiment commençait à lui indiquer qu’Asriel n’était peut-être pas tout à fait venu pour cela. Mais alors, pourquoi ? Et pourquoi aurait-il menti, autre que pour s’introduire en ces lieux ? Seul le temps nous le dira …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asriel

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 23/06/2016
Localisation : Dehors, si possible.

Feuille de personnage
Nom/Prénom: Dreemur Asriel
Confrérie :
Boite à Objets:

MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   Dim 11 Sep - 20:07

Beaucoup de gens disent vouloir la paix, l'égalité, la fraternité, et tous ces jolis mots qui font rêver. Et beaucoup de ce qui disent ça voudraient en effet vraiment que cette utopie se réalise, mais... Mais pourtant on le sait tous, ça n'est encore jamais arrivé. Les idées, ça n'est que la première moitié de l'utopie, la deuxième est constituée des actions. Personne n'agit vraiment, moi-même, à grande échelle, je ne sers à rien. Cependant, à mon échelle à moi, je fais ce qui est en mon pouvoir et...

Et j'ai pensé à ça vite fait en entendant Miss Kamui parler. Je me méfie des politiciens, qui sont habitués à utiliser les bons mots pour amadouer une foule, cependant j'ai vu des émotions chez elle, et ce sans public pour le constater, donc j'ose croire qu'elle est sincère. Mais avant tout, je n'ai pas trop l'énergie de douter de tous les puissants.

Pendant que je divague dans mes estimations et calculs un peu abstraits, Kamui continue de parler, et je me laisse bercer par ses paroles. J'écoute, pas attentivement, mais je saisis le message. Aucune idée de si elle essaie de me baratiner, ou si elle est bavarde car passionnée, il faudrait pour ça que je fasse plus attention, mais je n'ai pas le temps de me concentrer puisque Jakob prend la parole avant, afin de dire le... "Pourquoi" je suis là. He he he, j'avais oublié pendant une minute!

Tandis que Kamui semble toute excitée en anticipant mon message, moi, je suis en train de me demander "Comment je lui dis?". Pendant une seconde, l'idée de continuer la blague me traverse l'esprit, mais ensuite la voix de maman me tire l'oreille (imaginez-vous à quoi ça peut ressembler), et je vois la vérité: il va falloir le dire. Néanmoins, même si c'est la solution sérieuse, je m'attend à des réactions assez drôles. Je regarde Jakob avec un air malicieux... Oui, lui, il pourrait mal réagir. J'espère du moins.

"Oui, le message. Avec cette mésaventure, j'ai dû mettre ceci de côté dans ma tête. Bon, j'espère que vous aimez les histoires. J'ai eu plus tôt dans la journée une conversation un petit peu pimentée avec un ami. J'ai été agacé par tout ça et ai donc décidé de faire une promenade détente. J'ai cherché un lieu forestier dans lequel j'aurais l'occasion de m'allonger sur la mousse à regarder la canopée et à me laisser bercer par la musique. Et c'est là que je suis tombé sur un fou armé qui m'a pointé son couteau en me demandant de décliner mon identité."

Je regarde Jakob en lui faisant un clin d’œil.

"Alors, le voyant tendu, je me suis dit que j'allais rire un peu, et j'ai dit que j'étais un noble venu vous rendre une visite secrète, alors qu'en vérité tout ce que je voulais c'était me détendre loin de tout. J'imagine que j'aurais dû faire plus attention où j'allais, mais maintenant, vous savez tout: Je ne suis pas noble, et je ne suis pas venu vous délivrer un message."

Je la regarde avec un air satisfait et naturellement provocateur (c'est à dire que j'ai l'air naturellement de chercher les noises, hi hi hi), puis je hausse les épaules l'air de dire "c'est tout".

"... Bien, si vous voulez me jeter dehors vous pouvez. Je demanderai juste à ce que vous n'appeliez pas les gardes, ils font trop peu souvent preuve de délicatesse, je suis assez doué en orientation, je saurai me guider moi-même vers la sortie."

Puis je lui fais des yeux de chat potté, non pas pour l'attendrir, mais pour ajouter plus d'arrogance et d'impolitesse à mon attitude, et j'ajoute au bout de quelques secondes...

"En revanche si ma compagnie vous plaît, il est envisageable que je reste jusqu'à ce que votre patience soit débordée par mes bouffonneries. Mais dans ce cas il faudra m'entretenir aux petits fours."

Je fais un sourire malicieux.

"Non, je plaisante, j'ai apporté à manger comme je fais toujours quand je me promène."

Et je sors des tartelettes caramel-cannelle dans lesquelles le croque à pleines dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Patrouille et rencontre impromptue. » |Asriel et Jakob|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arcade City :: Secteur Primaire :: Adventure Zone :: Fire Emblem World-
Sauter vers: